Les tuniques bleues T53

Publié le par ZorgBlog

53.Sang bleu chez les bleus

Scénario: Raoul Cauvin
Dessin: Willy Lambil
Dépôt légal: octobre 2009





Sur les ordres du général Grant, les troupes du général Alexander sont confinées au campement. Le fait de rester sans combattre et d'attendre sans rien faire influe sur le moral des troupes. À la moindre peccadille, tout tourne au drame ! Blutch passe son temps à tenter de s'évader et Chesterfield à le ramener au campement. Jusqu'au jour où débarque François d'Orléans, l'un des fils du Roi de France, porteur des titres de Prince de Joinville et de vice-amiral. Il est là en tant que conseiller militaire et aide de camp du général Mac Clellan. Sa passion : peindre des aquarelles. Et voilà le moyen de détendre l'atmosphère : tout le monde au pinceau !
Mais pendant ce temps, Blutch et Chesterfield, eux, sont envoyés en mission pour surveiller l'éventuelle présence des confédérés aux alentours. Et ça, ce n'est pas de tout repos !

La sortie d'un album des Tuniques bleues est toujours un petit évènement dans le monde de la BD. Comme à mon habitude, j'étais impatient de lire la dernière aventure de nos Yankees préférés, et j'ai été déçu. en fait je n'ai tout simplement pas compris l'intérêt de l'album, à part de raconter une énième anecdote de la guerre de sécession. Le personnage de François d'Orléan n'est pas vraiment au centre du scénario, alors que le titre semble vouloir nous focaliser sur lui.
Bref, nous avons au moins à faire à un récit complet, et pas à des hommages ou courtes histoires comme nous avions eu dans "Arabesque" ou "Stark sous toutes les coutures". On s'aperçoit quand même que les séries mythiques de la BD ont de plus en plus de mal à se renouveler, même avec de grands auteurs à leur tête.



note 2/5


















Publié dans Dupuis

Commenter cet article

Yaneck 05/11/2009 11:39


Voilà bien longtemps que Cauvin ne livre plu rien d'intéressant sur les Tuniques Bleues. Il n'a plus rien à dire, il ferait mieux de passer la main. Mais voilà, l'orgueil de l'homme...
Résultat, la bd ne se vend que sur sa réputation, et pas sur son contenu.

Van Hamme (que je n'aime pas du tout) a eu au moins le mérite de comprendre qu'il avait terminé Thorgal.
Je doute que Cauvin et ses multiples séries, en fasse autant.