Comics

Lundi 20 août 1 20 /08 /Août 06:00

5040 cLes mille et une vies d'un aspirant écrivain... et ses mille et une morts. Brás de Oliva Domingos, fils du célèbre écrivain brésilien, passe ses journées à chroniquer les morts de ses contemporains pour le grand quotidien de Sao Paulo... et ses nuits à rêver que sa vie commence enfin. Mais remarque-t-on seulement le jour où notre vie commence vraiment ? Cela commence-t-il à 21 ans, lorsque l'on rencontre la fille de ses rêves ? Ou au crépuscule de sa vie... [synopsis éditeur]

 

Daytripper et une pépite sortie tout droit de l'esprit fertile des deux frères Brésiliens, Fabio Moon (De: tales, Casanova: Gula) et Gabriel Ba ( Umbrella Academy). Cette collaboration fraternelle à donné naissance à un chef d'oeuvre (car il n'y a pas d'autres mots) qui retrace la vie d'un homme au travers des différentes étapes de sa vie. Mais c'est aussi et surtout une oeuvre personnelle qui vous amènes à un questionnement, une introspection. C'est une réflexion sur le vie, la mort, votre rapport à la famille, sur l'amitié également... Daytripper est avant tout un récit sur l'importance de vivre sa vie pleinement chaque jour, et de profiter de chaque instant, car ce sont peut-être les derniers... faire des choix, vivre, et ne jamais rien regretter... facile à dire.

 

La structure du scénario de cet album est une des plus originales qui m'a été donnée de voir jusqu'à aujourd'hui.Daytripper-7   les deux auteurs ont décidé de présenter leur personnage à différentes époques de sa vie en ponctuant chacune de ces phases par la mort de Brás (il meurt chaque fois de différentes manières et à différents âges). Du coup il est assez difficile en début de lecture de créer un lien narratif entre les événements de la vie de Brás. Et pourtant en refermant le livre, l'on découvre que tout s'est mis en place de manière très fluide sans s'en être réellement rendu compte. Comme si la vie de Brás n'était juste qu'un fil rouge dans ce récit entrecoupé de ses hypothétiques morts. D'ailleurs toutes ces morts sont liées aux choix que fait le personnage. Vous savez, tous ces choix que nous avons fait nous même et qui ne nous apparaissaient pas forcément comme existentiel dans l'instant, mais qui peuvent avoir un impact important (positif ou négatif) sur notre avenir...

 

[...] Brás: Et si je rate mon entretien d'embauche parce qu'on est restés ici, juste à cause d'une fille ? 

Jorge: Et si tu ratais cette fille à cause d'un entretien d'embauche ? T'inquiètes. Elle va venir. [...]

 

4027421525 d95b5191f1 oGraphiquement, là aussi, la qualité est au rendez-vous, le dessin de Gabriel Bà (avec Fabio Moon) est toujours aussi bon. Son trait est sublimé par la mise en couleur très juste de Dave Stewart (B.P.R.D, Criminal). ce qui m'a vraiment séduit ce sont ces dégradés de couleurs lorsqu'il s'agit d'illustrer les magnifiques couchés de soleil et les prairies Brésiliennes. A ce sujet vous pourrez contempler tout le nuancier des verts et des teintes orangées.  Le tout est présenté dans une bien belle édition. Car il faut également souligner la qualité du travail de l'éditeur Urban Comics (filiale de Dargaud) qui place la collection vertigo de plus en plus comme un gage de qualité. 

 

Difficile de donner un avis véritablement complet sur cet album car il y aura autant de vision et d'interprétation que de lecteurs. Chacun aura une relation, un regard différent vis-à-vis de cette oeuvre en fonction du déroulement de sa propre existence, de ses expériences heureuses ou malheureuses.

 

Daytripper est un album que j'ai refermé en me disant que je venais de prendre une claque. Une lecture dont on sort transformé, qui ne vous laisse pas indifférent en tout cas, vous touche et vous amène forcément à un questionnement sur votre propre existence. Peut de BD m'ont troublé à ce point et c'est pourquoi Daytripper est un album fabuleux à mes yeux. L'incontournable de cette année. J'ai même envie de dire, qu'à mon avis, Daytripper serait un digne successeur aux chroniques de Jérusalem (Guy Delisle) pour Angoulême 2013.

DAYTRIPPER1-610x250


Daytripper

5040 cDe Fabio Moon et Gabriel Bà 

Edité par Urban Comics / 2012

Planches: 252



Baladez-vous sur...

Le site d'Urban comicset visionnez une interview  des auteurs.

 

PlancheS 33179

daytrippersampa  Daytripper-5


Par ZorgBlog - Publié dans : Comics - Communauté : autour de la BD
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Mercredi 6 juin 3 06 /06 /Juin 06:00

9782878270389A Sin City, il y a les beaux quartiers et les bas-fonds, les nantis et les politiciens corrompus, les flics pourris, les femmes fatales et les prostituées, les voyous et les pauvres types qui luttent tous les jours pour leur survie. Et puis il y a aussi Marv, un mec pas vraiment fréquentable, caractère instable, une tronche de tueur, un physique de Bulldozer. Marv, c'est tout ça, une sorte de brute épaisse pratiquement indestructible, froid et sanguinaire qui répond généralement à la violence par la violence. Marv est un tueur comme seuls les bas fonds d'une ville comme Sin city peuvent engendrer. Marv n'est pas un enfant de coeur. 

Mais cette nuit là, il cogite, parce qu'il se demande comment cette fille au corps de rêve à pu le suivre dans cette piaule miteuse, Goldie, c'est son nom...il s'endort...enfin. Goldie, c'était son nom...

Dans la moiteur de la nuit il se réveille et découvre que Goldie est morte durant la nuit. Et comme par hasard les flics ne tardent pas à rappliquer. Vu son casier judiciaire Marv n'a pas le choix, il doit rapidement quitter cette chambre d'hôtel minable. Goldie, c'était peut-être une fille de la nuit, mais Marv l'aimait. Et l'on ne s'attaque pas à Marv en toute impunité, l'heure de la vengeance a sonné... les ennuis commencent, ça va saigner !

 

"...Et Sin city, la sale grosse pute, elle me supplie, vautrée sur son dos et j'la prends pour tout ce qu'elle a à me donner et j'la prends encore...et encore elle me supplie...bordel, ça fait du bien de se sentir vivant."

 

Lorsque je vois le nom de Frank Miller sur une couverture, je pense indéniablement à celui qui à réussit à dépoussiérer et révéler le côté sombre de Batman au travers du fameux Batman the dark knight returns. Et je me souviens, avec pas mal de nostalgie, de sa plus célèbre création, Spawn. L'on pourrait également écrire longtemps sur 300, ou ses travaux pour Marvel (Daredevil), Dark horse, etc...

Un auteur hors norme capable de sortir des planches magnifiques comme de nous pondre un scénario somptueux qui tienne la route, ce gars sait tout faire. En tant que scénariste, il a toujours assumé le fait de mettre des thèmes comme la violence et l'insécurité au centre de ses récits. Tellement assumés qu'il tient parfois des propos très limites à ce sujet et il exprime régulièrement son point de vue sur le monde et ses positions politiques que je suis loin de partager. Mais disons que c'est une autre histoire...quoique.

 

millerombres-2

SinCityV1HardGoodbyeFCSin city ne déroge pas à la règle car la violence et au coeur du récit. Et c'est peu dire tant l'hémoglobine est présente à chaque page. Toutefois, Le noir et blanc atténue un peu ce côté violent, et j'ai presque envie de dire malheureusement même si c'est justement ce noir et blanc qui offre à l'album une atmosphère intense et lourde (je pense à certains jeux d'ombres somptueux). Disons que quelques touches de couleurs ça et là aurait peut-être amenées un petit plus, un peu comme dans le film éponyme co-réalisé par Frank Miller lui-même. Mais c'est un détail car Miller fait preuve d'une véritable maîtrise graphique, et si le dessin est bluffant, que dire du découpage cinématographique tout bonnement génial. 

Côté scénario, c'est également une réussite, Miller réussit une prouesse en rendant le personnage de Marv sympathique aux yeux du lecteur, qui ne connaît aucun répit tout au long des 200 pages qui vous emmènent vers un final éblouissant. Il y a peu de choses à dire, mis à part qu'il m'a été difficile de lâcher ce comics avant la fin, du grand Frank Miller. Il est évident que je lirais la suite, Sin city est une référence du genre. A lire donc !

 

[Extrait] "ça vaut la peine de mourir"

"ça vaut la peine de tuer"

"ça vaut la peine d'aller en enfer"

"Amen"

 

 

Sin city - 1.The hard goodbye (simplement Sin city dans la version française)

9782878270389De Frank Miller

Edité par les éditions Rackham / 2000

Planches: 195


 

Baladez-vous sur...

Le site officiel de Frank Miller (au contenu douteux)

Le blog K.BD (pour vous faire une meilleure idée de l'album)


 

Sin City-Episode 06 p08

 


Par ZorgBlog - Publié dans : Comics - Communauté : autour de la BD
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Mardi 5 avril 2 05 /04 /Avr 08:00

011543243 États-unis, 1935, le pays se remet lentement de la crise de 1929, tandis que pointe déjà le spectre de la seconde guerre mondiale. La ville de Cleveland, véritable oasis économique gangrenée par la corruption et le crime, doit être nettoyée. Le maire fait appel à Eliot Ness, devenu monstre sacré depuis l'arrestation d'Al Capone à Chicago. A peine arrivé, Ness se retrouve face à un autre monstre, un vrai : Torso. Derrière ce nom donné par la presse à un meurtrier insaisissable, se profile un nouveau type de criminel, le tueur en série. Commence alors une enquête dangereuse ou Eliot Ness et son équipe doivent composer avec les intérêts politiques et une opinion publique terrorisée pour arrêter une vague de meurtres inexplicables...[quatrième de couverture]

 

Difficile de faire un résumé plus complet que celui qui se trouve sur ce quatrième de couverture. Première fois que je lisais une BD de Brian Bendis et pour une première je ne suis pas déçu de ma lecture. Pourtant Brian Bendis est très connu en France principalement pour les séries Hellspawn, Powers, Civil War, Siege, mais aussi pour sa reprise de Spider-man depuis quelques années.

Pour le coup Torso est une série bien différente que celles que je viens de citer, car basée sur une histoire vraie. Et même si Brian Bendis et Marc Andreyko ont adapté la réalité au scénario en conservant ou pas certains noms, l'ensemble du récit et bel et bien basé sur des faits réels, Un travail de recherche très sérieux à donc était réalisé par les deux auteurs autour du "meurtrier aux torses". Brian Bendis qui travaillait au "Cleveland Plain Dealer" quotidien qui à rapporté les faits à l'époque, à eut accès aux archives du journal et compléta son enquête par des interviews de policiers qui avaient conservé l'ensemble des documents de l'enquête (D'ailleurs vous pourrez retrouver une partie de ces documents en annexe).

Bendis nous offre une narration solide pleine de suspense, dans laquelle il décrit la société Américaines des andreyko torso2années 30 encore largement victime de corruptions. Et en ces années troublées seul Eliot Ness, la star du moment, pouvait rassurer la population et mettre le tueur sous les verrous. A ce sujet d'ailleurs, le scénario est quand même largement centré sur le personnage d'Eliot Ness, j'ai même eu l'impression parfois que le serial killer n'était qu'un personnage secondaire, presque un faire-valoir. Mais je suppose que c'était logique vu l'aura que pouvait avoir l'incorruptible à l'époque.

 

Graphiquement, que dire, à part que c'est noir, très noir, presque trop noir. Un noir tellement présent qu'il en devient difficile de reconnaître les personnages au premier coup d'oeil. Ce qui est légèrement gênant quand même. Mais finalement peut importe, car ce noir, est aussi la raison principale pour laquelle on ne ressort pas forcément indemne de cette lecture. Certaines scènes sont psychologiquement difficiles et la tension est palpable tout au long des 246 pages. Un sentiment d'autant plus exacerbé par l'incrustation dans le dessin de photos qui vous donnes une impression supplémentaire de réalisme.

 

Torso est un one-shot magnifique qui possède des défauts mais qui à eu le mérite de me tenir en haleine. Je viens de découvrir un nouvel auteur et je pense lire un peu plus de Bendis dans les mois à venir. 

 

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 

011543243Torso

  Scénario: Brian Michael Bendis et Marc Andreyko

Dessin: Brian Michael Bendis

Editeur: Semic book

Planches: 250

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

  G 1895 03   torso102209

G 1895 02

Par ZorgBlog - Publié dans : Comics - Communauté : Planète BD
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés