Panini comics

Mardi 9 novembre 2 09 /11 /Nov 08:00

9782809400045

 

A history of violence 

 

 

J'enchaîne avec une nouvelle chronique sur une oeuvre de Warren Ellis, bien qu'il n'y est aucun rapport entre la qualité de RED, présenté dernièrement et Transmetropolitan qui représente l'un des comics les plus marquant de ces dernières années. TMP est certainement la grande réussite de Warren Ellis.

 

Alors comment vous présenter cette série ? Peut-être en commençant par vous parler du personnage principal, le héros, même si Spider Jérusalem n'est absolument pas un exemple à suivre.

 

 

Spider Jérusalem !! Déjà rien que le nom vous en dis long sur le côté complétement loufoque de TMP. Spider, personnage sans scrupule, mégalomane et maniaco-dépressif, est journaliste, mais il pratique le journalisme gonzo, une méthode d'investigation basée sur l'ultra-subjectivité qui vise à s'imerger totalement dans son sujet même si pour cela il faut parfois aller trés loin.

 

 

Mais Spider Jérusalem est animé par une volonté farouche de découvrir et surtout de révéler la vérité à tous prix, et pour cela la fin va justifier les moyens.

C'est le gars qui s'amuse à mettre le doigt là où ça fait mal, celui qui sadiquement,va remuer le couteau transmetropolitan-tpb11dans la plaie, dénonçant tous les vices d'une société moderne (Angel 8) en manque de repères, mettant à jour les dérives politiques, les problèmes de corruption, l'oppression des religions, les mensonges quotidiens diffusés par les  médias,...en gros  le triste reflet de notre propre société.

 

Vous l'aurez compris, Spider Jérusalem est un véritable salopard, et l'on ne peut qu'être séduit par les dialogues totalement déjantés que Warren Ellis offre à son personnage. L'on se marre devant cette montagne d’humour noir et ces répliques toutes plus impitoyables les unes que les autres du genre “Si ça ne tenait qu’à moi, vous serviriez tous d’éponges à sperme à des prostituées victoriennes à l’heure qu’il est.” (petit extrait sympa ^^).

 

 

Mais comment ne pas être sous le charme, presque jaloux de ce Spider tatoué, à l'araigné solidement accroché au plafond qui ose cracher ses 4 vérités à ce monde pourris ? Moi, j'adore !!

 

Stransmetropolitan vol 4 the new scuminon, point de vue dessins, Darick Robertson offre un graphisme plutôt pas mal, dynamique, trés coloré et particulièrement fouillé, n'hésitez pas à observer les arrières plans pour découvrir la foule de détails qui parsèment les planches, une réussite !

 

Alors si vous aimez la dérision, l'humour noir, les situations rocambolesques aux morales plus que douteuses, si vous n'êtes pas trop à cheval sur vos principes et que les dérapages verbaux ne vous dérange pas plus que ça, alors il se peut que vous adoriez Transmetropolitan.

 

 

 

 

 

transmetropolitan   OneWeirdPussy.jpg
   

 

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 

 

9782809400045

Transmetropolitan

1. Le come back du siècle

  

Scénario: Warren Ellis

Dessin:Darick Robertson

Editeur: Panini Comics/2007

Collection: Vertigo

Planches: 288

 

Quatrième de couverture: "Voici une ville frappée de tous les vices imaginables, et de quelques-uns imaginés spécialement pour l'occasion. Voici Spider Jérusalem, la misérable enflure qui vous guidera à travers cette Babylone du futur. Voici un humour noir, une haine pure, et une justice qui fait serrer les dents de rage. Et au milieu de tout ça, aussi inattendue et naturelle que les larmes d'une strip-teaseuse, voici une oasis d'humanité" - Garth Ennis

 

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 

Par ZorgBlog - Publié dans : Panini comics - Communauté : autour de la BD
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Jeudi 4 novembre 4 04 /11 /Nov 08:00

RED

9782809415872

Paul Moses est un ancien agent de la C.I.A à la retraite. Il était réputé pour être un agent efficace sans aucun scrupule, même s'il a toujours refusé de tuer les enfants. Mais depuis qu'il a rendu sa plaque, il passe des journées paisibles, il passe son temps à lire ou à discuter avec Sally, la personne qui s"occupe de son dossier au sein de l'agence. Parallèlement, une nouvelle administration de la C.I.A à été mise en place et le nouveau directeur décide d'éliminer l'ancien tueur pour étouffer plusieurs affaires délicates.

En rentrant chez lui un soir, Paul se rend compte que l'ampoule de l'entrée ne s'allume plus, commence alors une mise à mort en règle.

Paul Moses comprends que la C.I.A veut sa peau...et que la meilleur défense c'est l'attaque.

 

 

 

Quand on a lu des comics de Warren Ellis comme Transmetropolitan, Fell, The Autority ou encore luredmovie2wide des titres comme No Hero et Black Summer (d'ailleurs on reparlera bientôt de tous ces titres), l'on se dit que l'homme est un scénariste de  génie et que tout ce qu'il touche devient vite culte et indispensable dans toute bonne bédéthèque.

Et bien non, Warren Ellis sait aussi faire du moins bon (voire médiocre), et Red en est la preuve. Le récit est court, et c'est un euphémisme, car 80 pages réparties en 3 actes et dont le premier est quasiment dénué de texte, ça vous prend 20 minutes à lire et encore en s'attardant un peu sur les classiques mais néanmoins excellents dessins de Cully  Hammer (soulignons la qualité des scènes de fusillades quand même!).

Le récit est trop classique et fais la part belle à l'action, cependant il n'a aucun intérêt et Il n'est pas malheureusement pas étonnant de voir que ce titre sera bientôt à l'affiche de vos cinémas, avec comme acteur principal Bruce Willis !

Une sortie comics qui sent le coup marketing à plein nez, dommage car il y avait un potentiel qui n'a pas était exploité. Bref un titre à oublier.

 

A lire: les10 premières planches de l'album sur BDgest.

 

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 

9782809415872RED

  

Scénario: Warren Ellis

Dessin:Cully Hammer

Editeur: Panini Comics/2010

Collection: Wildstorm

Planches: 80

 

 

 

 

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 

 

warren-ellis-red1

 red121

Par ZorgBlog - Publié dans : Panini comics - Communauté : autour de la BD
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 2 novembre 2 02 /11 /Nov 08:00

T 21430

 

Urban war

 

La politique intérieure et extérieure des États-Unis à contribué à l'éclosion depuis plusieurs années de milices anti-gouvernementales.

Évidemment le gouvernement à fait l'erreur de minimiser cette menace réelle, alors qu'une grande partie de son armée et de sa garde nationale se bat sur tous les continents afin d'instaurer la paix (ou pas ^^).

C'est dans ce contexte que l'Amérique moyenne décide de se soulever déclenchant ainsi une seconde guerre civile Américaine.

Une guerre qui trouve ses limites sur la ligne de front à Manhattan ou dans la DMZ, la zone démilitarisée.  

 

Ce premier album débute le jour du cinquième anniversaire du déclenchement des hostilités entre lesDMZ--carte-de-new-york[1] États-Unis d'Amérique et les auto-proclamés "États libres", et c'est aussi le troisième jour d'un cessez le feu plus qu'instable.
On retrouve donc Matthew Roth, un photographe stagiaire sans expérience, qui va accompagner un correspondant de guerre reconnu (Viktor Ferguson), au cœur de la DMZ. Mais la situation tourne à la catastrophe, et Matty se retrouve seul et perdu dans un monde qu'il n'avait vu jusqu'alors qu'à la télévision, armé de ses préjugés.
Matty décide alors d'utiliser cette occasion unique de se trouver dans une zone en guerre où personne ne pouvait mettre les pieds, pour faire avancer sa carrière et devenir un véritable journaliste de terrain et d'investigation.

Une aventure qui va aussi lui donner des réponses à ses questions et qui va surtout lui ouvrir les yeux sur la réalité du conflit et ses enjeux.

 

Le scénario de DMZ est assez original, et il faut bien le reconnaître Brian Wood sait surprendre et tenir9782845389816 1 le lecteur en haleine en racontant l'histoire de ce jeune reporter totalement inexpérimenté.

Brian Wood vient de chez Rockstar, la société de création de jeux vidéos connu principalement pour la très controversée série des GTA (Grand Theft Auto) dans laquelle Wood occupait le poste de designer publicitaire.

Un scénariste designer, bizarre me direz-vous, mais lorsque l'on voit la qualité des couvertures de la série, il n'y a pas de doutes sur le talent de Wood pour le dessin. On retrouvera d'ailleurs ce style GTA dans certaines parties de l'album, les cartes de New-York vues de dessus par exemple ou encore la présentation de la DMZ en fin du tome 2, tout à fait dans l'esprit du jeu vidéo (hasard ou pas ?). 

 

sk01Côté dessin justement, c'est Riccardo Burchielli qui a été choisi pour dessiner cette série. Moi j'adore ! Le trait est fin, c'est détaillé, l'encrage est contrasté, l'italien donne à l'album un petit quelque chose d'angoissant par moment, sentiment auquel Jeromy Cox, le coloriste, n'est certainement pas étranger.

 

Pour être honnête j'ai lu les deux premiers volumes de la série et pour l'instant la lecture est plaisante mais il vrai que j'aurais bien aimé voir le récit traité avec plus de profondeur, en mettant sur le devant de la scène les problèmes de l'Amérique d'aujourd'hui, en pointant du doigt les raisons qui pourraient (hypothétiquement bien sur ^^) pousser le pays de l'oncle Sam à en arriver là.

Mais bon ne soyons pas trop gourmand, ce début de série mérite toute votre attention, et je reviendrais vers vous dés que j'aurais lu la suite ^^.

 

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 

T 214301.Sur le terrain

 

Scénario: Brian Wood

Dessin: Riccardo Burchielli

Editeur: Panini Comics/2006

Collection: 100% vertigo

Planches: 126

 

 

 

 

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 

 

inter115 05  DMZ18.16.72
 p12[1]  dmz7[1]

 

Par ZorgBlog - Publié dans : Panini comics - Communauté : Planète BD
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 25 août 3 25 /08 /Août 08:00

entete v

Depuis quelques temps maintenant, j'essaie laborieusement de rattraper le retard que j'ai accumulé dans mes lectures comics. Et croyez-le ou pas mais je n'avais jamais lu "V pour vendetta". Si, si c'est possible...honte sur moi ^^

 

Premier conseil, que j'avais lu un peu partout et que je me permet de vous livrer à mon tour: il faut faire abstraction du dessin de David Lloyd, mais finalement le vrai soucis c'est la mise en couleur qui est tout bonnement exécrable, et pourtant je ne suis pas difficile en général sur ce point, mais là c'est pas génial (je vous laisse en juger par vous même). En fait on en vient à regretter le noir et blanc d'origine.

 

Chroniques-2010 7630Bref, passons sur le côté graphique et intéressons-nous au scénario. Finalement je ne dirais pas que je suis déçus, mais je m'attendais à quelque chose de génialissime. Attention j'ai beaucoup aimé cet album et le récit de Moore et vraiment excellent, mais je pense que j'attendais trop de ce livre...d'où mon léger bémol ^^.

 

V, mystérieux justicier déséquilibré, portant un masque est véritablement un personnage intriguant qui tente de résister à la dictature et qui va orchestrer sa vengeance de manière théâtrale.  Une terrible machination froide et implacable , dont la scène finale est relativement prévisible.

 

Alan Moore dépeint le monde comme il le voit  de sa fenêtre, dans ces années Thatcher qui ont vraiment fait mal à l'Angleterre...bien sur, Il en rajoute pour faire de ce pays un état fasciste, mais derrière le récit d'anticipation, il y a pas mal de vérités sous-entendues, et c'est la force de ce récit.

 

Au final, Alan Moore nous livre un regard intéressant sur le monde et nous renvoie à plusieurs questions. Par exemple, l'anarchie est-elle une réponse à l'oppression et au totalitarisme ? Question qui aujourd'hui encore est toujours d'actualité, malheureusement.

 

Bien que tout ne soit pas à mon goût, il faut reconnaître que ce comics vaut quand même le détour, mais j'ai quand même préféré Watchmen.

 

Chroniques-2010 7627Chroniques-2010 7628

Par ZorgBlog - Publié dans : Panini comics - Communauté : autour de la BD
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Mardi 8 juin 2 08 /06 /Juin 08:00

 

entete killing joke

Tout ce qui différencie un fou d'une personne saine d'esprit, c'est un mauvais jour. Le Joker, l'ennemi de Batman, en est persuadé. Il s'échappe de l'asile d'Arkham et va tout faire pour prouver au monde qu'il a raison. Mais pour ce faire, il va avoir besoin du commissaire Gordon et de sa fille Barbara.[quatrième de couverture]

 

Chroniques-2010 6782Le scénario assez glauque d'Alan Moore ne repose pas sur une base très complexe, le Joker s'évade une fois de plus de l'asile d'Arkham, et veut prouver, grâce à un plan machiavélique, que Batman est aussi fous que lui, et que n'importe qui peut le devenir. Ce parallèle est très intéressant, et d'ailleurs Batman ne le contredira pas vraiment sur ce point...Effectivement, sortir la nuit en collant pour combattre le crime, c'est pas ce que l'on peut appeler un acte si normal que ça ! ^^

Et puis on ressent une sorte de respect mutuel entre Batman et le Joker...genre "les meilleurs ennemis du monde". A ce sujet, la fin est troublante, ambiguë à souhait, chacun de fera sa propre idée (n'hésitez pas à me donner votre avis ! ^^ ).

 

Au dessin, il y a Brian Bolland, un vrai bon dessinateur, et coloriste puisque c'est lui qui à refondu l'ancienne édition. Il n'y a rien à dire, cette version est soigné, je n'ai malheureusement jamais lu la version précédente, donc difficile de juger l'impact que peut avoir la re-colorisation sur la lecture. Bref, c'est beau, et en plus, Bolland nous offre une petit histoire en prime, quelques savoureuses esquisses et une postface qui m'a fait sourire (Brian Bolland qui détruit la préface que Tim Sale à faite pour ce même album, en tuant quelques rumeurs sur sa collaboration avec Alan Moore...lol. je vous laisse lire ça).

 

Encore un excellent album dans cette collection DC icons sur Batman et son ennemis de toujours, après Joker, je ne suis pas déçu par cet opus, qui nous en apprends un peu plus sur l'origine de la folie du clown de Gotham.

 

Chroniques-2010 6780

Par ZorgBlog - Publié dans : Panini comics - Communauté : autour de la BD
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés