Vent d'ouest

Dimanche 17 juillet 7 17 /07 /Juil 07:00

Ibicus-RABATESiméon Nevzorov croupit dans une vie d'ennui peuplée de rêves de gloire et de fortune. Il ne s'offre pas le luxe de ses envies, manquant totalement de volonté et de courage. Sa route croise un jour celle d'une vieille tsigane. Elle lui révèle qu'il est né sous le signe du crâne qui parle : l'ibicus, et lui prédit : « Quand le monde s'écroulera dans le feu et le sang ( ), tu vivras des aventures extraordinaires, mais tu seras riche ! » Aussi invraisemblable qu'il y paraît, le petit cloporte sans envergure va profiter sans vergogne des affres chaotiques qui ébranlent le monde et accomplir sa prophétie.[synopsis éditeur]

 

L'action se déroule en 1917 alors que la Russie plonge dans une révolution menée par Lénine, Trotski et les Bolchéviques qui renverseront le gouvernement provisoire et s'empareront de Saint-Petersbourg, la capitale de l'époque.

Et c'est justement à Saint-Petersbourg que commence l'histoire de Siméon Nevzorov, un personnage qui va bien profiter du trouble semé par la révolution d'octobre pour améliorer son quotidien et vivre de grandes aventures en côtoyant le milieu artistique et ses dérives, consommant les femmes et la cocaïne, usurpant le titre de comte Nevzorov ou encore tombant dans les mains de révolutionnaires. Bref, nous suivons ce dandy profiteur dans une sorte de road trip qui nous emmènera jusqu'à Istanbul.

Siméon est l'anti-héros type, ambitieux, peureux mais peu scrupuleux, bref un être relativement détestable auquel l'on s'attache un petit peu quand même, car Pascal Rabaté n'a pas été tendre avec ce personnage tout droit sortit de l'imagination d' Alexis Tolstoï, un écrivain Russe né au 19ème siècle et donc sans aucun lien avec le célèbre Léon Tolstoï. La petite histoire raconte d'ailleurs que Pascal Rabaté lui-même croyait avoir acheté au puce un roman de Léon Tolstoï avant de se rendre compte que l'auteur était un Tolstoï bien moins célèbre. Ce qui n'empêcha pas l'auteur des petits ruisseaux de tomber sous le charme et d'en faire une adaptation de plus de 500 pages !

ibicus

Cinq cents pages aux graphismes époustouflants. C'est incroyable de voir comment Pascal Rabaté réussit aPascal Rabate.Ibicus donner de l'expression aux visages en utilisant le lavis noir et blanc. Rabaté joue avec cette technique d'aquarelle tout au long des quatre volumes pour notre plus grand plaisir.

Je vous conseille vivement de vous plonger dans Ibicus, c'est une réussite, d'autant plus que l'intégrale de chez Vent d'Ouest est à prix abordable.

Juste histoire de chipoter, je ne pense pas que la couverture souple soit un choix judicieux, j'étais prêt à payer un peu plus cher pour une couverture rigide plus dans l'esprit "beau livre" avec marque page en tissu (présent dans  l'intégrale actuelle)...mais bon, je chipote ! ^^

 

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 

Ibicus-RABATEIBICUS

L'INTEGRALE

De Pascal Rabaté

Editeur: Vent d'Ouest/2005

Planches: 530

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

20051101185214 t4

Par ZorgBlog - Publié dans : Vent d'ouest - Communauté : Planète BD
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Jeudi 21 avril 4 21 /04 /Avr 08:00

landru En voilà une lecture qui ne vous laisse pas indifférent. Le genre de livre qui vous laisse un goût étrange. Mais d'abord, faisons un peu plus connaissance avec ce personnage surnommé "le Barbe-Bleu de Gambais".

 

Henri Désiré Landru à commencé par faire pas mal de petits boulots, comptable, entrepreneur, cartographe. Mais tout cela ne payait pas assez et il décide rapidement de se lancer dans de petites escroqueries. Une activité qui lui vaudra plusieurs condamnations à la prison (il aura même une peine assortie d'une condamnation à  la déportation au bagne de Cayenne).

Puis Landru va définitivement basculer, car il va entreprendre de séduire des femmes riches afin de leur soutirer leurs économies, en se faisant passer pour un homme veuf et esseulé, mais terriblement romantique et attentionné. Il leur fera signer des procurations pour pouvoir retirer l'argent, puis il les assassine et les fait disparaître (probablement en les incinérant dans le four de la villa de Gambais selon l'enquête).

Bref, plus tard, il se fera prendre (je résume ^^), l'enquête de police met à jour un certain nombre d'indices qui laissent penser que Landru est coupable de 11 meurtres. Entre autre un carnet dans lequel Landru notait l'ensemble de ses dépenses ainsi que le nom des victimes.  Au bout de l'instruction, le juge décide d'une condamnation à la peine capitale alors que le dossier de 5000 pièces (quand même !) ne contient ni preuves, ni aveu, mais seulement de gros soupçons et des coïncidences plus que troublantes qui laissent à penser qu'il est bel et bien le meurtrier.(voir lien wikipédia plus bas, pour plus d'info)

 

Je vous le disais plus haut, une étrange sensation émane de cette BD, pourquoi ? Parce que lorsque j'ai finis de henridesirelandru03 lire, je me suis plongé immédiatement dans l'histoire (officielle cette fois !) de Landru. Une manière pour moi savoir si le Landru de Chabouté correspond à la réalité ou si je viens de lire une adaptation libre des faits tels qu'ils se sont produits. Et effectivement, je découvre que le récit de Christophe Chabouté n'a que peu de rapport avec l'histoire authentique de ce criminel. Certes le scénario de Chabouté se sert d'événements bien réels mais c'est le traitement que l'auteur en fait qui peut choquer quelque peu. Ici rien ne nous prévient que nous sommes dans une fiction, que la réalité à été adaptée pour les besoins du scénario et il est donc facile d'adhérer à ce côté presque sympathique de Landru que l'auteur laisse parfois paraître en le faisant passer plus pour une victime que pour l'assassin calculateur qu'il semble avoir été. Une sorte de personnage naïf exploité par des maîtres chanteurs.

J'avais lu dans une interview de Christophe Chabouté que son but principal était d'ouvrir les yeux du lecteur, qu'il ne fallait pas forcément toujours croire ce que l'on nous dit et qu'il fallait essayer d'avoir une autre vision, de la réalité et qu'il cherchait en permanence à surprendre le lecteur.


Christophe Chabouté: "Peut-être que je mets mes côtés noirs dans mes bouquins… La vérité, c'est que les héros m'ennuient. Je ne vois pas l'intérêt d'un personnage beau et lisse. Chercher des qualités chez un salaud, c'est beaucoup plus intéressant que d'avoir un héros bon et un méchant mauvais. C'est mon truc : je préfère dessiner des tronches, le fantastique m'intéresse, donc on glisse souvent vers le noir." (source: www.evene.fr)

 

Pour le coup, c'est réussit, j'ai aimé. Le scénario est osé mais après tout pourquoi pas, j'ai trouvé ça fluide, bien écrit et porté par un dessin noir et blanc tout simplement magnifique. 


 

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 

landruHenri Désiré Landru


 Auteur: Christophe Chabouté

Editeur: Vent d'Ouest

Planches: 138

 

Voilà un bref résumé de Landru, mais je vous met le lien vers la page Wikipédia très complète sur cette affaire, si vous voulez en savoir plus (Page Wikipédia Henri Désiré landru).

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

Chabouté - Henri Désiré Landru planche 84

Par ZorgBlog - Publié dans : Vent d'ouest - Communauté : autour de la BD
Ecrire un commentaire - Voir les 4 commentaires
Samedi 5 juin 6 05 /06 /Juin 08:00

entete baker

Chroniques-2010 6763

 

Londres, 1890. Billy, l’apprenti détective, Charlie, la petite fille grimée en garçon, et Black Tom le monte-en-l’air sont trois gamins des rues unis par une solide amitié. Accompagnés du matou Watson, ils arpentent les bas-fonds de l’East End, menant enquêtes, filatures et autres missions de confiance pour le compte d’un certain... Sherlock Holmes. Ce nouvel opus voit nos héros se mêler d’une ténébreuse affaire impliquant des révolutionnaires russes exilés à Londres et la police secrète du Tsar... Nos protagonistes vont avoir fort à faire pour déjouer machinations, trahisons et mauvais coups...[descriptif éditeur]

 

Il y a un an presque jour pour jour, je vous avez parlé de "l'affaire du rideau bleu", le premier tome de cette série très prometteuse.

Et bien, que dire, à part que ce second volet des aventures des petits protégés de Sherlock Holmes reste dans le sillon creusé par le premier volume. Alors que le premier tome se focalisait sur Black Tom, c'est Billy cette fois, qui est à l'honneur, les auteurs continuent donc de creuser les personnages.

On ne s'ennuie pas, la lecture continue d'être agréable, divertissante vous passerez encore une fois une excellent moment.

Le dessin que j'aime beaucoup, reste constant, toujours aussi soigné, détaillé, David Etien maîtrise totalement le trait et la couleur, le tout forme un bel album léger, mais distrayant et palpitant.

Chroniques-2010 6764Chroniques-2010 6762Chroniques-2010 6765

 

Le teaser

Par ZorgBlog - Publié dans : Vent d'ouest - Communauté : Planète BD
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 2 juin 3 02 /06 /Juin 08:00

entete invitation

Un téléphone sonne en pleine nuit dans un appartement parisien, réveillant Raphaël et Helen. Raphaël se lève et décroche. À l’autre bout du fil, c’est son pote Léo. Son vieux pote Léo. Il est en panne avec pl1 invitattionsa voiture à plus d’une heure de route et demande à son ami, puisque ce sont des choses qui se demandent entre amis, s’il peut venir le dépanner. Après quelques hésitations - il est vrai que réveiller un ami en pleine nuit, ce ne sont décidément pas des choses qui se font, entre amis - Raphaël s’habille, attrape ses clés, et part rejoindre ce très cher emmerdeur de Léo.

Sur place, en pleine cambrousse, Raphaël découvre la vraie raison de sa présence ici : Léo a appelé plusieurs de ses proches, curieux de savoir lesquels prendraient la peine de se déplacer pour lui. Un test à l’amitié, ni plus, ni moins. Raphaël est furieux d’avoir été ainsi testé ; ça ne se teste pas, l’amitié !

Le temps passe. Un mois, peut -être. Ce soir-là, Raphaël est chez lui. Seul. Il s’ennuie... Et puis, finalement... Et si lui aussi il appelait ses amis, prétextant une panne de voiture ? Qui viendrait ? Qui ne viendrait pas ? Chroniques-2010 6695Sur qui peut-il vraiment compter ? L’idée est tellement tentante... Et ainsi, rapidement, Raphaël lance les invitations déguisées...[descriptif éditeur]

 

C'est marrant parfois comme on peut avoir des aprioris sur une lecture (malgré les très bonnes critiques), se dire qu'on est peut-être pas tombé sur la perle annoncée, que l'on va un peu s'emmerder, et puis que finalement les 156 pages ont filées à la vitesse de la lumière !On lit, on tourne les pages et on ne pense plus à rien...

 

Chroniques-2010 6696Bah oui, je me suis planté sur ce coup, et j'ai donc bien fait de lire cet album.  J'avais fait la même erreur avec "petite éclipse" qui s'est révélé être de la grande BD.

L'invitation c'est une super histoire d'amitié.

C'est le genre d'album qui fait remonter beaucoup de souvenir, ces discussions entre potes autour de la bagnole, à refaire le monde à 3h du mat, en racontant beaucoup de conneries aussi hein. En fait, ce livre est très difficile à décrire, chacun vivra la lecture différemment en fonction de son propre rapport à l'amitié et de ses expériences, c'est assez personnel.

La force de Jim, c'est de proposé un récit émouvant, mais aussi bourré d'humour, car ce pavé est particulièrement drôle. Quant à Dominique Mermoux, que dire, à part que ses planches sont superbes, je vous laisse juger sur pièce.

 

Un album touchant, dont la fin est remarquable d'humanité, une ode à l'amitié, la vraie, celle que l'on accorde à peu de de gens en général.

 

. Le blog de Jim

. Le blog  de Dominique Mermoux

 

Chroniques-2010 6693Chroniques-2010 6700

Par ZorgBlog - Publié dans : Vent d'ouest - Communauté : autour de la BD
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 5 mai 2 05 /05 /Mai 09:35
Les quatres de Baker street
T1: L'affaire du rideau bleu


Scénariste Djian

Scénariste Olivier Legrand

Dessinateur David Etien

 




Trois détectives en herbe pour une enquête digne du maître de Baker Street !

Billy, Charlie et Black Tom sont inséparables. Et pour cause : impossible de survivre seul dans l'East End londonien, peuplé de faux mendiants, de vrais ruffians et de franches canailles ! Heureusement, les trois amis peuvent compter sur la protection d'un certain Sherlock Holmes, pour lequel ils font parfois office d'espions des rues... Mais lorsque la fiancée de Black Tom est kidnappée sous leurs yeux, nos héros vont devoir mettre au plus vite à profit les leçons de leur mentor pour la retrouver saine et sauve... en s'adjoignant les services d'un quatrième larron pour le moins inattendu. Place aux Quatre de Baker Street, la plus jeune équipe de détectives de l'époque victorienne !


Mon avis:

Sherlock Holmes à le vent en poupe en ce moment dans la bande dessinée. En effet, on ne compte plus le nombre de série qui sortent sur le sujet. Cependant, ici le célèbre détective n'apparait q'une seule fois dans tout l'album.
Car c'est  des  trois enfants qui aident Holmes dans ses enquêtes dont il est question ici. J'ai trouvé l'idée du scénario assez originale (l'idée de faire vivre les personnages secondaires de Baker street me plait bien) et j'ai pris beaucoup de plaisir à lire cet album.
Le dessin est vraiment très bon (on sent l'influence de Loisel), et le scénario de l'intrigue est simple mais efficace, bref, on passe un bon moment à la lecture de cette BD...vivement le tome 2.

Planches:


Par ZorgBlog - Publié dans : Vent d'ouest - Communauté : autour de la BD
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés