Les aventures de Michel Swing

Publié le par ZorgBlog

couvMichel Swing se prépare pour la course. Il embrasse la croix qu'il porte autour du coup, met ses gants, sa cagoule ignifugée, prend place à bord de son bolide, met le contact, le départ est proche.

Sur la page qui suit nous retrouvons Michel Swing, le meilleur pilote de sa génération, roue dans roue avec le pilote Tonmoya (son principal adversaire pour le titre de champion) mais Swing s'arrache sur la ligne d'arrivée et le sextuple champion du monde empoche ainsi sa 233ème victoires.

Tout le monde semble se réjouir de ce nouveau triomphe, mis à part un étrange personnage, dont on ne verra que la silhouette et qui, de rage, en détruit sa télé.

Quelques jours plus tard, alors qu'il est en voiture avec Enzo, le manager de l'écurie Ferriri, Michel est victime d'un attentat dont il sortira indemne grâce à un ingénieux système de sièges éjectables ! Quelqu'un en veut à la vie de Michel Swing ! Voilà une mission pour l'agent très spécial Bright du FBI qui fera tout pour découvrir l'identité de celui qui veut la peau du pilote de F1...

 

Ce qui m'a attiré vers cette BD, c'est avant tout le concept de départ. Les auteurs en parle dés les i09premières pages pour mettre le lecteur en situation.

En juin 2002, Pascal Jousselin et Brüno décident de réaliser à quatre mains une BD. Leur idée était simple, créer une saga dans laquelle chacun réaliserait, à tour de rôle, une planche sans concertation préalable, ce qui implique qu'aucun plan scénaristique n'a été préétabli. Parallèlement à cela, ils ajoutèrent de temps à autre quelques contraintes en faisant participer d'autres auteurs. Ainsi Jean-Philippe Peyraud, Alfred, Lionel Chouin et Zanzim réaliseront respectivement les planches 10, 22, 56 et 78.

Il aura fallu 3 ans et demi avant que cet album voit le jour, sous cette forme en tout cas (puisque chaque planche avait auparavant été publiée sur le site officiel du projet).

 

Et au final c'est génial.

Le scénario est tout à fait cohérent, toutes les planches prennent naturellement leur place dans le récit. Les aventures de Michel Swing sont riches de rebondissements, un album jubilatoir dans lequel Brüno (Commando colonial, Biotope, Junk) et Pascal Jousselin (les voleurs de salsifis) se permettent de nombreux délires en mélangeant des bagnoles, du mystères, de l'amitié viril, des gros méchants, des ninjas tueurs, des agents du FBI, des explosions et des saucisses (qui auront leur importance !).

Une bonne BD rempli de gags et d'idées toutes plus loufoques les unes que les autres. J'ai aimé cet album et j'ai dévoré les 126 planches de ce format à l'italienne.

C'est frais, drôle alors foncez !

 

>> J'ai envie d'ajouter que dans cet album, toute ressemblance avec des personnages connus n'est pas du tout fortuite, c'est totalement voulu. Et les lecteurs qui s'intéressent ou se sont intéressés un jour à la formule 1 n'auront pas de mal à constater que Michel Swing incarne Michaël Schumacher, son adversaire Tonmoya est en fait l'ancien pilote de F1 Juan Pablo Montoya ou que Steve Watson personnifie le regretté Ayrton Senna.

 

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 

couvLes aventures de Michel Swing

  

Scénario: Pascal Jousselin

Dessin: Brüno

Editeur: Treize étrange/2006

Planches: 128

 

 

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 

 

001swing  002swing
 008swing  014swing

Publié dans Glénat

Commenter cet article

Lunch 01/01/2011 23:28


Je savais pas trop à quoi m'attendre en lisant le titre de l'album, mais franchement, les extraits des planches sont géniaux. Ça fait vraiment envie ^^
Ça rappelle un peu les gros méchants genre dans inspecteur Gadget ou Diabolo et Satanas dans les Fous du Volant.
Et puis le Shumi ils a l'air bien tartiné :)

Moi qui aime bien la F1 en plus :P


ZorgBlog 02/01/2011 11:29



Oui moi aussi j'aime la F1 (enfin sauf quand les pilotes font 60 tours sans se doubler ^^), et j'adore comment les deux auteurs ont tourné en dérision le personnage de Schumacher. Une sorte de
héro malgré lui.


C'est bourré d'humour, franchement tu ne sera pas déçu.