Le casse - Diamond

Publié le par ZorgBlog

entete le casse

Le casse est un nouveau concept, enfin nouveau, oui, mais pas original, souvenez-vous de la série des "sept" (7 mercenaires, 7 pirates, etc...).Et donc Delcourt, fort du succès commercial de "7", ré exploite l'idée en l'adaptant. Le but ici, vous l'aurez deviné, est de mettre en scène des casses improbables, hors du commun et on peut dire que le premier à tenu ses promesses.

Askashaya, région de Kouzbass en Sibérie Occidentale. C'est là que se trouve l'enfer, une mine de diamant, qui à le mérite d'offrir du travail, mais pour 1500 roubles par mois, le travail est harassant, et s'il fait -40° à la surface, il fait aussi une chaleur étouffante au fond.
Et pourtant, Sergueï et Andy ne sont pas arrivé dans cette ville pour travailler dur, ils veulent surtout se fondre dans la masse pour pouvoir mettre la main sur 2 millions de dollars en diamant. Le problème c'est qu'un chargement part tous les 2 mois pour transférer les diamants dans une banque, mais comment et où les pierres précieuses sont elles chargées? Sergueï et Andy sont la pour le découvrir...

6 one-shot, 6 dessinateurs, 6 scénaristes à nouveau sous la houlette de David Chauvel (qui participera lui-même à l'aventure avec l'album "soul man", le 3éme de la série). Les 6 albums seront publiés sur l'année et devraient nous faire pas mal voyager dans le temps, western, péplum, etc...
Christophe Bec et Dylan Teague s'y collent en premier, et pour ma part, je trouve qu'ils ont relevé le challenge que représente un one-shot, car raconter une histoire passionnante, rythmée et cohérente en 64 pages n'est pas chose aisée.
Pourtant Christophe Bec réussi à nous présenter les personnages, à faire monter le suspens crescendo, à agrémenter tout cela de flashbacks et enfin à offrir un vrai dénouement.
Quant à Dylan Teague, que je ne connaissais pas, il illustre cet univers de façon convaincante (j'aime beaucoup les visages). L'ambiance de l'album est aussi étroitement lié à un travail de grande qualité sur la mise en couleur, de Christophe Araldi et Xavier Basset.
S'il faut trouver un défaut au scénario, je dirais que le butin est un peu maigre: 2 millions de dollars, lorsque l'on voit le dispositif mis en place, le nombre d'hommes qui va falloir payer, toute la haute technologie employée (qui fonctionne par -40°!!!) qui a dû coûter une véritable fortune, je me dis qu'il ne va pas rester grand chose aux commanditaires ^^.

Un petit détail qui n'enlève rien à cet album. Une série qui commence fort et qu'il faudra suivre je pense. Je n'avais pas été particulièrement attiré, en son temps,  par la série "sept", mais là, je suis convaincu par ce premier casse.

le casse

N.D.R: comme à mon habitude, je vous envoi sur BDgest pour vous  permettre de vous rincer l'oeil sur les quelques planches, croquis, et futures couvertures de cette série. Et, cerise sur le gâteau: une grande interview de Christophe Bec; initiative toujours très instructive.

Publié dans Delcourt

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article