Spirou - Panique en Atlantique

Publié le par ZorgBlog

entete spirou t6En 2006, les éditions Dupuis décident de lancer une nouvelle collection autour du personnage de Spirou mais en parallèle de la série régulière. Le concept c'est de laisser carte blanche à un couple d'auteurs afin qu'ils mettent en scène une nouvelle aventure du groom. Nous en sommes déjà au 6éme album, qui nous emmène cette fois en plein Atlantique.


spirou 4Le résumé de l'album sera rapide car le scénario n'est pas d'une complexité hors norme. Donc, suite à une restructuration économique, Spirou quitte le Moustic Hôtel pour devenir groom sur un transatlantique. Cette croisière sera perturbée par un écureuil, un journaliste-photographe en mal de scoops et par un vieux scientifique farfelu enquêtant sur un autre navire disparu corps et biens. Mais il n'y a pas que Spip, Fantasio et le comte de Champignac sur ce magnifique paquebot et notre héros aura fort à faire pour calmer une clientèle de milliardaires prompts à paniquer au moindre naufrage.


La croisière s'amuse...sans moi.


Alors que penser de ce nouveau one-shot ? Je dirais que l'album est à l'image de la couverture (que je trouvespirou2 très sympa avec ces touches dorées ça et là. Ce sera peut-être limitées à la première édition). Cette BD est un cartoon à la "Hanna-Barbera", les protagonistes courent dans tous les sens, et il y a un gag toutes les 5 cases. Le scénario est minimaliste et Trondheim à semble-t-il tout misé sur le côté burlesque. En cela, je dirais qu'il s'approche de ce que faisait Franquin à son époque. La conparaison est osée car Franquin a construit un monde cohérent autour de Spirou, c'est lui qui a bâtit les fondations sur lesquelles aujourd'hui les différents auteurs échaffaudent de nouveaux récits. Mais justement, cette collection de one-shot est un laboratoire ouvert par Dupuis, qui permet d'expérimenter aussi bien des scénarios que des genres graphiques différents.


spirou 3En partant donc du principe que nous sommes dans une collection expérimentale, j'ai fais abstraction de mon admiration pour l'oeuvre de Franquin et je dois dire que j'ai terminé la lecture de cet album, sur une note peu enthousiaste. C'est frais, léger, on retrouve la naïveté des albums de Monsieur F. Mais il me manque un truc, le récit ne m'a pas embarqué. Et pourtant même si ce n'est pas le meilleur des 6 albums (mon préféré reste "Le journal d'un ingénu" d'Emile Bravo), je ne trouve pas que ce soit le plus  mauvais...sentiment étrange.spirou 5

 

Côté dessin, comme je l'ai dit plus haut, Fabrice Parme nous sert une vision cartoonesque dans une ambiance sixtie (A noter un anachronisme qui apparaît, l'utilisation d'un téléphone à touche qui n'existait pas dans les années 60...mais bon ^^).  Au final, le dessin ne me convainc pas plus que ça, mais n'est pas désagréable non plus. En fait, pour moi, seule la couverture ne souffre d'aucune critique.


Voilà, je suis mitigé, le nouveau Spirou se laisse lire, mais cette vision de Lewis Trondheim et Fabrice Parme ne m'a pas convaincue, ils ont réalisé le minimum syndical. Cet opus  reste très fade en comparaison des deux, voire trois albums qui le précèdent. Pas mal, pour lire cet été, à la plage ou au bord de la piscine...

spirou

Publié dans Dupuis

Commenter cet article