INRI

Publié le par ZorgBlog


1.Le suaire

2.La liste rouge
3.Le tombeau d'Orient
4.Résurrection















Scénario:Didier Covard
Dessin:Denis Falque, Pierre Walchs, Paul

Je devais, à l'origine, chroniquer les albums de cette série indépendemment les uns des autres, et puis finalement je n'ai pas vu l'intérêt de quatre chroniques. J'ai donc préféré traiter l'ensemble en une seule fois. Attention, certaines révélations sur le triangle secret (saison 1) sont présentent en début de chronique ^^

--Flashback--

Résumons l’intrigue du triangle secret: en travaillant sur les manuscrits de la mer Morte, Francis Marlane en vient à suspecter une supercherie sur laquelle est fondé le christianisme, et se lance sur les traces du tombeau du Christ. Après son assassinat, Didier Mosèle poursuit sa quête. Mais il est manipulé : deux groupes se livrent en effet à travers lui une guerre sans merci dans le but de retrouver le fameux tombeau : d’un côté, les Gardiens du Sang, chargés de protéger à tout prix le dogme du christianisme ; de l’autre, les membres de la Loge première, héritiers de l’enseignement du Christ. Le Triangle secret se terminait sur un épisode sanglant : le tombeau du Christ finalement retrouvé, les Gardiens du Sang parvenaient à éliminer leurs ennemis, préservant ainsi le secret de l’imposture religieuse fondatrice.


wallpaper


--L’histoire--

Personnage de l’ombre des sept premiers tomes, le cardinal Montespa se révélait in extremis être le traître de la Loge première, mais de nombreuses questions restaient en suspens, concernant notamment l’origine des Gardiens du Sang et de la Loge première. Avec INRI, le scénariste Didier Convard remonte à cette origine, et revient donc en détail sur la période médiévale de la saga. «Le Suaire» s’ouvre sur l’agression sauvage dont est victime Montespa : un mystérieux homme n’hésite pas à lui couper l’avant-bras à la hache pour lui voler sa bague. Bague dont le secret va constituer le cœur de la suite de l’album.

En ja
nvier 1108, le pape Pascal prétexta d'un vague séminaire avec l'évêque de Reims pour se rendre secrètement dans un petit monastère reculé de Champagne... Il devait y retrouver « le tueur à la hache », q
ui traquait les cinq chevaliers revenus de Jérusalem avec le secret de Jésus : Les Saints Signes. Cinq symboles tracés de la main même du Christ sur le suaire de son frère Thomas.
La guerre contre Hugues de Payns et ses quatre compagnons, héritiers de la Loge Première, avait en effet commencé en Terre sainte quatre ans plus tôt dans le sang et la trahison. « L'homme à la hache » avait appris que les cinq chevaliers avaient dissimulé les Saints Signes dans une bague qu'ils portaient à leur main droite. Le tueur du pape s'était juré de leur trancher la main à tous.

wallpaper

La dépouille du Christ [qui a été récupérée après l’affaire du Triangle secret] accélère la régénération de ses cellules. Les dominicains qui contrôlent médicalement le processus, au sous-sol du Vatican, tiennent cette info top secrète. Ils ont désormais acquis la conviction que le Christ était avant tout un alchimiste qui avait vaincu le mystère de l’immortalité. Son « message », sur lequel l’Eglise a assis son dogme depuis des siècles sans vraiment le comprendre, n’est ni plus ni moins que la transmission de ce savoir à l’humanité, par l’intermédiaire de son corps. Pourtant, les gardiens du sang se tiennent au courant de cette résurrection, en exerçant un chantage sur le frère Macchi, l’un des prêtres les plus impliqués dans cette incroyable aventure. 800 ans auparavant, Hugues de Payns, descendant direct de Jésus (!), fait construire un tombeau secret en foret d’Orient pour son aïeul.

 

--Mon avis--

Cette deuxième saison commence sur les chapeaux de roue, avec une qualité qui n’a rien à envier aux sept précédents tomes. Convard a une fois de plus fait appel aux dessinateurs Pierre Wachs et Denis Falque, pour les périodes contemporaine et médiévale (et toujours à Juillard pour la couverture). Et l’on retrouve Paul aux couleurs. Le scénario, quant à lui, est irréprochable, et s’appuie sur une documentation rigoureuse. L’histoire mêle ainsi fiction et réalités historiques : en 1104, explique Convard, «Hugues de Payns [fondateur de l’ordre des Templiers] et Hugues de Champagne, deux personnages réels, se sont véritablement rendus secrètement avec quelques compagnons à Jérusalem. Je me suis engouffré dans cette séquence historique en expliquant qu’ils se rendaient en fait sur les lieux du tombeau de Thomas.».

Alors que la première saison se déroulait en grande partie à notre époque, s’autorisant quelques flashbacks. Dans INRI, c’est totalement l’inverse, la majeure partie de l’intrigue se déroule au XIIème siècle.

INRI est mieux maîtrisé, mieux rythmé, que le triangle secret. Un final énorme, les dernières pages m’ont vraiment enthousiasmées.


Publié dans Glénat

Commenter cet article

morue la fée 20/11/2009 09:26


oui, je suis vraiment d'accord avec toi, c'est équilibré et mieux rythmé, je me demande même si je ne prefère pas INRI au Triangle Secret... m'en vais peut etre me le relire finalement ^^


ZorgBlog 20/11/2009 14:25


ah bah moi c'est clair, je trouve INRI largement mieux que le triangle secret.


Yaneck 19/11/2009 09:27


je confirme, un final génial, pour une globalement bonne série.
On a envie de savoir ce qui peut advenir ensuite. Mais le saurons-nous?