Chronique BD: Kaplan & Masson T1

Publié le par ZorgBlog

Les aventures de Kaplan & Masson
1. La théorie du chaos


Scénario: Didier Convard
Dessin:
Jean-Christophe Thibert
Dépôt légal: septembre 2009





Le scientifique Jason Purcell est un homme brisé. Mais un homme debout. Car depuis la mort de son compagnon de recherches, Albert Bernstein, Purcell reste le seul responsable des abominations d’Hiroshima et Nagasaki… Dévoré de culpabilité, l’homme a décidé de créer un comité de lutte contre la prolifération des armes atomiques. Initiative louable, mais dangereuse, puisque Purcell est aussitôt assassiné par d’ignobles tueurs, capables d’étrangler leurs victimes à mains nues, mais aussi d’escalader les façades d’immeubles à la seule force de ces mêmes mains... De quoi titiller la curiosité d’un couple d’enquêteurs pas comme les autres : Etienne Kaplan, membre des services secrets français, et Nathan Masson, scientifique réputé. L’enquête peut commencer.

Cette série est de la bouche même de l'auteur Didier Convard, un Blake et Mortimer à la française, et on voit tout de suite qu'il n'y a aucun doute là-dessus. Kaplan est un membre des services secrets, comme Blake au MI5, et Masson est un physicien, tout comme Mortimer, de plus l'époque dans laquelle se déroule l'action est également la même.
Il y a tout de même une différence avec B&M, car là où nos deux anglais étaient "politiquement correct", nos deux "frenchies", quant à eux, fument à tous va, fricotent avec la gente féminine, et vident pas mal de chopines (le bureau favori de Masson étant un bar), sans être non plus des dépravés.

Mais il n'y a pas que les personnages de Jacobs qui sont mis à l'honneur, cet albums contient de nombreux clins d'oeil aux grandes séries cultes du 9ème art.
Tout le monde repérera facilement la momie de Rascar Capac, ou encore une planche complète (c
i-contre) en hommage aux albums "Coke en Stock" et "Les septs boules de cristal". On reconnais le sirius, les quais de Saint-Nazaire, ainsi que le marquis Di Gorgonzola sur son yatch.
Est-ce le hasard aussi, si l'on voit Kaplan rouler dans une Dauphine typée Gil Jourdan, et Masson dans l'Alfa de Lefranc, je ne sais pas. En tous cas, la mode est à la ligne claire, et ce n'est pas moi qui m'en plaindrais. Cet album est très bon, Thibert est un excellent dessinateur, Convard est fidèle à lui même, scénariste de talent. Vivement le tome 2, au titre intrig
ant "Il faut sauver Hitler", tout un programme...


Note "Top BD des blogueurs": 4/5

Les 6 premières planches de l'album:






























Publié dans Glénat

Commenter cet article