Black Crow - (T2)

Publié le par ZorgBlog

entete black crow t2

Black Crow est un corsaire, capitaine du Revenge ; un mercenaire, car c’est encore le meilleur moyen de rester libre. C'est un métisse, fils d’un blanc et d’une Algonquin assassinés par des soldats. Il est aussi Samuel Prescott, un homme endeuillé par la mort de la femme qu’il aimait.

 

Cette fois, Black Crow est victime d’un chantage : Van Steenvoorde, un vieil érudit flamand, le force à louer son bateau et une partie de son équipage pour le conduire en Afrique dans un but inconnu, sous peine de les dénoncer aux autorités.

 

À bord, tandis que le Revenge fend les eaux boueuses du Zaïre, la tension est à son comble entre les mercenaires payés par le Flamand et l’équipage de Black Crow. Ces derniers n’en peuvent plus du secret qui entoure le but de leur mission. Ils réussissent à dérober des cartes, et apprennent qu’ils sont sur la piste d’un trésor lié à l’étrange astrolabe que le vieil homme porte au cou. Mais un trésor n’a pas la même valeur pour tout le monde, elle dépend notamment du prix qu’on est prêt à payer pour l’acquérir…[Descriptif éditeur]

 

Un album dans la lignée du premier,si vous aimez les récits d'aventures,  vous allez être servis. Delitte est un auteur qui vous transporte dans des décors somptueux, et pour preuve, je vous laisse jeter un coup d'oeil sur ces doubles planches qui forcent le respect.

Le truc qui m'a le plus bluffé, à part la qualité du dessin, c'est les couchers de soleil qui sont à tomber par terre.

 

J'attends le tome 3 avec impatience puisque c'est à ce moment que nous aurons réponse à toutes nos questions, à quoi ressemble le fabuleux trésor tant convoité ? Comment Black Crow va-t-il réussir à se sortir des griffes de Van Steenvoorde ? Quel est le rôle de ses deux filles ?

Encore une aventure épique et passionnante qui nous emmènes au fin fond de l'Afrique. 

 

Bref Jean-Yves Delitte est un maître, tant pour raconter une histoire que pour la mettre en image.

 

Chroniques-2010 8115Chroniques-2010 8114

Publié dans Glénat

Commenter cet article