Arzack - (T1)

Publié le par ZorgBlog

entete arzak

 

Arzak is back !

 

L’histoire s’ouvre sur deux actions apparemment sans aucun lien entre elles.La première nous emmène dans l’espace profond où un vaisseau de la confédération Dessmez est attaqué par Kimorg Barbax, le redoutable pirate.La deuxième se déroule sur Tassili, la planète d’origine des Wergs. L’ancienne race dominante a été vaincue par l’avancée irrésistible de la confédération Dessmez dans sa conquête humaine de la galaxie. Tassili, ruinée, désertique et abandonnée de tous, peuplée d’une maigre colonie humaine, se meurt doucement.

 

Voilà 35 ans, Moebius nous racontait l'histoire d'Arzak. Cette oeuvre muette a marqué l'histoire de la bande dessinée. Aujourd'hui Jean Giraud reprend en main la destinée de l'arpenteur de Tassili. Nous allons enfin découvrir qui est réellement ce mystérieux personnage chevauchant son  ptérodelphe. Lorsque j'avais lu, l'album sortit à l'origine en 1977, j'avais une foule de questions auxquelles Moëbius ne renvoyait aucune réponse, a part peut-être dans certaines interviews données ça et là.

Puisqu'il est arpenteur, la mission d'Arzak consiste à arpenter sans fin ce territoire chaotique de tassili pour y détecter une anomalie et s'assurer que les humains vivent en paix avec le peuple Werg. La nouveauté réelle ici, c'est que Moëbius a créé une histoire à la mesure de son personnage, énorme. Jean Giraud côtoie Moëbius, enfin. On nous sert un scénario captivant qui ne s'essouffle jamais, et lorsque la dernière page est tournée, c'est un sentiment d'émerveillement qui se mélange à la frustration de ne pas pouvoir enchaîner sur le tome 2.

 

Arzak (ou Arzach, Harzack, etc... dans l'édition originale) vous éclabousse  de  ces planches tout simplement incroyables, et j'ai retrouvé du plaisir à lire du Moëbius, un plaisir de lecture que je n'avais plus ressentit depuis le monde d'édéna ou l'incal.

Le tout est servit dans une magnifique édition, un poil plus grand qu'un album classique ce qui a pour avantages de vous immerger totalement dans le panorama désertique de Tassili. Et puis il faut signaler aussi la qualité d'impression sur ce papier glacé somptueux.

 

Je ne peux que vous encourager à lire cette nouvelle aventure d'Arzak (en 3 tomes), et si vous ne connaissez pas encore Moëbius (je sais pas si ça existe), c'est le moment de vous y mettre si vous ne voulez pas rater un truc énorme.

 

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

arzak-arpenteur-01-couvArzak - 1.L'arpenteur

 

 Scénario: Moëbius

 Dessin: Moëbius

 Editeur: Glénat/2010

 Planches: 64

arzach-moebiusArzach en 1977
 9782908766585-P-10G[1]9782908766585-P-9G[1]

 

arzack-thumbmoebius-arzach

 

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Idée de sortie: L'expo "Moëbius transe forme" qui a lieu actuellement et jusqu'au 13 mars 2011 à la fondation Cartier

Visitez le site officiel du maître.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Publié dans Glénat

Commenter cet article

Lunch 26/10/2010


Je suis très septique sur cet album. Je ne l'ai pas lu, j'ai surtout un avis visuel sur celui-ci.
Je trouve que la différence entre les deux "univers" proposés est flagrante, tant en terme de dessin que de couleur. Dans le reg ça fait très Miyazaki, et on connait le désir de Moebius de
s'approcher de cet univers japonais. Dans l'espace, je trouve ça très vide et très flashy. Les traits sont plus gros, moins détaillés... zoomés ?
Cette inégalité visuelle me refroidit à la lecture de l'album. J'aurais plutôt tendance, si je souhaite découvrir le travail de Moebius, pour la plupart plus édité, de me faire prêter une BD qui
fasse plus référence auprès des collectionneurs, afin de me faire une idée précise de l'auteur et de ses œuvres... et pourquoi pas Arzach premier du nom ?


Lunch 26/10/2010


D'ailleurs, dans tes visuels, il n'y a que le côté "désert" de l'album, et pas du tout de planches dans l'espace ^^