Chronique BD: Une brêve histoire de l'avenir

Publié le par ZorgBlog

Dessin: Damien; Scénario: Jean-Pierre Pécau

Edition: Delcourt


L’histoire débute en 2012, quatre amis (Jack, Tom, Marie et Paul) passent des vacances en Sicile, jusqu’à ce qu’une bombe nucléaire explose à 3000 km de là, en plein cœur de Jérusalem, faisant 10000 morts. L’identité des commanditaires est inconnue.

Cette explosion sème le trouble dans le monde : tensions politiques, religieuses, envol des cours du pétrole, la bourse s’écroule, la 3ème guerre mondiale est plus que possible.

Cinq ans plus tard, nous retrouvons nos quatre protagonistes qui sont devenus des adultes, mais que la vie à séparé. Tom assiste à un match de « Cross » (du football violent), dans lequel il retrouve Jack (capitaine des Falcon). Ce dernier se retrouve à l’infirmerie, gravement blessé, et reste insensible aux produits qui lui sont inoculés.

Tom croise également Marie par hasard dans les tribunes. La jeune femme est devenue passeuse de drogue et échange, à l’insu de Tom, un patch antidouleur contre un sachet d’une drogue, puis disparaît…

Quelques minutes plus tard, elle appelle Tom sur son portable et lui demande de fuir le stade de toutes urgence car il est recherché par la police…

 

Mon avis :

 

Jacques Attali (conseiller politique et diplômé de nombreuses institutions telle que l’ENA ou Polytechnique) à rédigé en 2006, « Une brève histoire de l’avenir », devenu un best-seller. Cet essai est une vision futuriste de ce qui pourrait advenir de l’humanité à partir de données scientifiques (climat, démographie, mouvements des marchés, influence religieuse, géopolitique, etc...).

C’est Jean-Pierre Pécau qui relève le défit de transposer l’essai de Jacques Attali en 3 tomes de BD. Le découpage permet de suivre facilement le destin croisé des quatre amis. Le dessinateur Damien illustre pas mal le scénario mais manque de détails (surtout dans le dessin des building de Dubaï), de plus les couleurs sont parfois trop prononcées ou mal adaptées.

Ce récit reste toutefois captivant, et donne envie de lire également le livre de Jacques Attali.

 

planches et couverture © Delcourt

Publié dans Delcourt

Commenter cet article